Normalisation dans l’écosystème des villes intelligentes :

Compte-rendu de la web-conférence du 22 avril 2021 

La conférence interactive en ligne sur Les perspectives de la normalisation dans l’écosystème des villes intelligentes s’est déroulée jeudi 22 avril 2021 après-midi (15h-18h) et a été organisée par la ville de Montrouge (Métropole du Grand Paris) avec le soutien de l’ETSI, la métropole de Bordeaux, EUROCITIES et l’ONG eG4U.

Résumé des échanges constructifs et prometteurs.

Les organisateurs se réjouissent d’avoir enregistré 120 personnes à cette web-conférence. Cet évènement a été supporté par l’organisme de normalisation européen ETSI (comité technique ATTM), basé à Sophia-Antipolis et sur l’invitation de la ville de Montrouge en lien avec la Métropole du Grand Paris et avec le soutien des autres partenaires clés : la métropole de Bordeaux et le réseau européen EUROCITIES. 

Les interventions ont été très suivies, jusqu’à la clôture en fin d’après-midi – à en croire les échanges questions / réponses. 

Dans son mot de bienvenue, Pascal Hureau, maire-adjoint de la ville Montrouge, s’est félicité de la présence en ligne de nombreux représentants de la Métropole du Grand Paris. Il a résumé quelques pistes sur des initiatives numériques et a invité à participer à deux journées sur « Les enjeux d’unetransition numérique durable de la ville intelligente », les 13 et 14 janvier 2022 à Montrouge – cette fois en présentiel – comme il se doit, escomptant que la page de la pandémie de COVID-19 soit tournée. 

Dominique Roche, président de l’ONG eG4U, a résumé la feuille de route de la Commission européenne sur les villes et communautés intelligentes.  Il a récapitulé 4 séries d’outils normatifs disponibles gratuitement sur le site de l’ETSI : 

– la Série ETSI EN 305 174 sur l’Ingénierie Générale Durable (sites TIC/ Data centres, gestion des déchets) ; 

– la Série EN 305 200 sur des KPI globaux pour le suivi de l’efficacité de la gestion de l’énergie (dont l’indicateur Global DCEM) ;

– la Série ETSI TS 103 463 sur des indicateurs pour les Villes Multiservices Numériques Durables;

– la Série ETSI TS 110 174   sur les Collectivités Multiservices Numérique Durable;   Déploiement du Haut-Débit et Gestion Energétique (incluant les lampadaires de rue). 

A sa suite, Patrick Guillemin, ‘Technical Officer’ au sein de l’ETSI en charge de ‘Smart M2M’, a fait un point sur « Le paysage européen de la normalisation sur les villes et communautés intelligentes ». Il a rappelé les valeurs sociétales que porte la normalisation européenne avec héritage du GSM mondial (norme créée à l’ETSI dans le projet 3GPP). Il a également souligné que toutes les normes créées à l’ETSI sont disponibles gratuitement en téléchargement.

L’intervenant suivant, Christophe Colinet, chargé de mission au sein de Bordeaux Métropole/eG4U/Eurocities, a présenté des outils de suivi opérationnel et de mesure d’efficacité des services numériques dans les ‘smart cities’. Il a également présenté les avancées réalisées par le réseau des métropoles européennes Eurocities.

La web-conférence a ensuite présenté un résumé des travaux de normalisation sur les outils de suivi de la pandémie (avec Luigi Liquori de l’INRIA et Cees J. Lanting, membre de eG4U). Ensuite, deux indicateurs de la Gestion efficace de l’énergie (DCEM, Data Communication Energy Management) et de l’intensité carbone (DCCM, Data Communication Carbon Management) ont été présentés parGuillaume Gérard (Orange), membre d’eG4U.

Le cycle de gestion des déchets, objet de la présentation suivante, fut détaillé par Gilles Dretsch (Orange), membre de eG4U. Il a restitué les enjeux que constituent le cycle de vie des équipements. 

La deuxième partie de l’après-midi a été dédiée à l’infrastructure numérique, clé de voûte des villes et des communautés intelligentes. Toutes les composantes d’une telle infrastructure doivent être robustes et interopérables. Cela recouvre à la fois les réseaux de ‘backhaul’ (intermédiaire) à très haut débit et les réseaux mobiles de nouvelle génération.

Le bâtiment intelligent fait partie de cette infrastructure, comme l’a résumé Daniel Zotti (Occitaline), membre de eG4U. Le résidentiel, le bâtiment et le campus sont des lieux ou il est facile de mettre en œuvre des infrastructures surdimensionnées par rapport à l’usage nécessaire et va pénalise la consommation en mode continu (équivalent mode veille de la télé). Autre cas présenté, celui des lampadaires intelligents peuvent, entre autres charges, supporter des réseaux de radiocommunication comme ceux de la 4G ou 5G comme avec la norme ETSI (TS 110 174-2-2) présentée par Selina Qifei et Emmanuel Coelho Alves (Huawei).

Autres cas d’application de ces normes, les nouveaux systèmes de transmission vidéo – sur réseaux normalisés à haut débit. La présentation a été faite par Abdel Benothmane (VDSYS), membre de eG4U.
Enfin, l’après-midi s’est conclue sur la nécessité, pour les réseaux métropolitains de la ville intelligente, de tenir des engagements de durabilité, y compris par le choix d’équipements les moins carbonés possibles, comme l’ont expliqué Lynn Reiner et Gilles Genin (eG4U, InGeTel-BET).

Car si la baisse de consommation d’énergie est importante pour réduire le réchauffement climatique, la fabrication des équipements s’avère plus cruciale encore, car très émettrice de CO2 ou autres gaz à effet de serre. 

Toutes les présentations de cette web-conférence sont disponibles ici, sur ce lien. 

top